Les cinq archipels de Polynésie







La Polynésie française, située en plein cœur de l'océan Pacifique, s’étend sur une superficie de 4 millions de km², une surface équivalente à celle de l’Europe.

Les 118 îles, somptueuses et toutes différentes qui la composent, couvrent pour leur part 4 000 km².
Ces îles sont regroupées en cinq archipels aux caractères très marqués : Société, Tuamotu, Marquises, Australes et Gambier.

De ce pays d’Outre Mer rattaché à la France, le grand public ne connaît bien souvent que les îles mythiques situées dans l’archipel de la Société : Tahiti, Moorea et Bora Bora.
Or, chacun des archipels polynésiens offre un visage particulier selon sa situation géographique, ou selon qu’il abrite des îles hautes d’origine volcanique (Société, Marquises, Australes, soit au total 35 îles) ou des atolls coralliens (Tuamotu et Gambier, soit 83 atolls).

Tahiti est la plus vaste des îles hautes avec plus de 1 000 km2, et la plus peuplée avec environ 178 000 habitants, soit 70% de la population totale.

 



 




 

L’INCONTOURNABLE, L'ARCHIPEL DE LA SOCIETE

Il représente l'équilibre parfait entre la jungle montagneuse et les lagons aux eaux turquoise, entre la découverte culturelle et le farniente, entre les différents types de sable, blanc ou noir, entre les traditions légendaires et les mythes ancestraux.

Tahiti, Moorea, Bora Bora
…ces îles aux noms évocateurs de découverte paradisiaque ou de bonheur extatique, vous éblouiront par leurs paysages contrastés, entre montagne altière et luxuriante et lagon translucide.

Constitué des îles du Vent et des îles Sous-le-Vent, il est un ensemble d’îles hautes tropicales ceinturées de lagons.

Les Iles du Vent

Tahiti, l'île reine, est la plus grande des îles polynésiennes.
Cœur battant de la Polynésie française, elle est à la fois la porte d’entrée du territoire grâce à son aéroport, le centre administratif abritant la capitale du pays, Papeete, et le poumon économique de la Polynésie.
Le marché de Papeete constitue une halte incontournable car il offre une large palette des productions de l’archipel.
Mais Tahiti est, aussi, une île dont les vallées majestueuses tombent jusqu’à épouser le lagon.
Culminant à plus de 2 000 mètres, les montagnes volcaniques aux crètes acérées regorgent de riches sites archéologiques.
La presqu'île de Tahiti abrite aussi les plus beaux spots de surf au monde,  notamment la vague de Teahupoo.

Moorea, l'île soeur, est séparée de Tahiti par un profond bras de mer de 17 km. Adoptée par de nombreux artistes et écrivains, ce jardin luxuriant séduit immédiatement le visiteur par sa nature préservée.
La baie d’Opunohu et la baie de Cook, qui découpent solennellement cette île magique, offre un contraste saisissant entre le bleu limpide du lagon et les reliefs verdoyants de l’île.
Nichés dans les jardins fleuris ou perchés à fleur de lagon, de nombreux hôtels luxueux vous permettent de gouter à la quiétude de Moorea, dans les meilleures conditions.

Tetiaroa, seul atoll des Iles du Vent, est considéré comme une réserve d’oiseaux de mer. Il abrite des milliers d’oiseaux qui y construisent leurs nids au moment de la saison des amours.
Véritable joyau des mers du sud, il est recouvert de cocotiers et ceinturé par une exceptionnelle barrière de corail, ourlé de plages de sable blanc et d’un lagon cristallin.

Les îles Sous-le-Vent.

Huahine, le jardin d'Eden, est située à 175 km au nord-ouest de Tahiti.
Ile mystérieuse, sensuelle et sauvage, elle renferme les secrets de traditions encore bien vivantes.
Bercée par les fabuleuses épopées du demi-dieu Hiro, qui coupa avec sa pirogue l’île en deux, Huahine est un havre de paix pour tout voyageur en quête de sérénité.

Raiatea et Tahaa, îles sacrées aux vallées fertiles, partagent le même lagon et offrent des conditions de navigation de plaisance particulièrement agréables.

Raiatea, première île peuplée par les polynésiens, fût le point de départ des grandes migrations vers le triangle polynésien.
Connue dans les légendes sous le nom de Hawaiki, elle reste le berceau de la culture polynésienne et abrite le plus grand vestige archéologique de Polynésie, le « marae » de Taputapuatea est devenu un haut lieu de pèlerinage, aussi bien pour les Maoris que pour les Hawaiiens.
Considérée comme le deuxième pôle économique de la Polynésie française, Raiatea accueille de nombreux voiliers et sociétés de charter sur une base nautique importante.
Elle possède deux spécificités : la seule rivière navigable de Polynésie, la rivière Faaroa et le tiare Apetahi, fleur endémique ultra protégée car en voie de disparition.

Tahaa, ancien volcan dont le mont Ohiri domine à plus de 598 mètres, offre un panorama exceptionnel. Entaillée par de profondes vallées, cette île sauvage est réputée pour le pittoresque de ses sites archéologiques, nichés entre les cocotiers, les fougères et les graminées, et sa production de vanille qui y règne en princesse.

Bora Bora, la perle du Pacifique, domine l’irréelle beauté, de ses lagons translucides et poissonneux, de ses "motu" frangés de sable blanc et de ses jardins de corail.
Cette île romantique par excellence, joyau posé sur l’écrin bleu du Pacifique, est un paradis privé pour tous les amoureux qui souhaitent se réfugier dans l’intimité des luxueux bungalows, posés sur les eaux limpides et chaudes du lagon turquoise.

Maupiti, l'île du coeur, lovée et bordée par un lagon de jade, n’a rien à envier à son illustre voisine, Bora Bora.
Ses plages de sable blanc, peu fréquentées, font le bonheur des hérons et des tortues de mer, qui viennent y pondre leurs oeufs.
L'unique passe Onoiau, très étroite, peu profonde et traversée par un fort courant, garantit par son accès difficile, le relatif isolement de cette île, au charme et à l'authenticité inégalée.

LE PARADIS DE LA PLONGEE, L'ARCHIPEL DES TUAMOTU

Composé d'une myriade "d’atolls" ou îles basses, ces simples anneaux de corail sertis d'îlots verdoyants enferment de somptueux lagons.

Le développement de la perliculture a permis à cet archipel son ouverture sur le monde.
Les lagons les plus mythiques de la planète, la beauté des massifs coralliens, les tombants troués d’innombrables grottes où s’abritent des poissons et crustacés de toutes espèces, en font un Eden pour les plongeurs.
Comme nulle part ailleurs, les plongeurs goûtent aux frissons de plongées spectaculaires où requins, dauphins, raies manta, murènes, napoléons répètent inlassablement leur ballet aquatique.
C’est avec simplicité et naturel que les habitants des Tuamotu, les paumotu (peuple de la mer) partagent avec les visiteurs, leur vie quotidienne et la beauté exclusive de leurs îles.

Rangiroa, Tikehau, Manihi, Fakarava…anneaux coralliens affleurant l’eau turquoise, bandes de sable entre océan et lagon, confettis dispersés sur le Pacifique, ces atolls du bout du monde abritent une des plus riches faunes aquatiques au monde.

Rangiroa, l'infini lagon,
Le plus grand atoll de la Polynésie française, souvent comparé à un gigantesque aquarium naturel, abrite une grande diversité de créatures sous-marines.
Site de plongée, mondialement reconnu, Rangiroa attire chaque année de nombreux passionnés venus explorer l’un des plus beaux et des plus riches récifs de la planète.
Les fonds sous-marins ne sont pas les seules richesses de cette île paradisiaque, pique-nique sur une plage de sable rose, visite des seules vignes de Polynésie, sortie de pêche au gros…de quoi occuper magiquement vos journées.

Manihi, l’île aux perles,
Ces nombreuses richesses font de cet atoll une halte incontournable de votre voyage : vestiges d’anciens « marae » (lieux de cultes), fermes perlières, merveilleux fonds sous-marins, exceptionnelles plongées en dérive dans les passes, rencontres sous-marines impressionnantes (mérous multicolores, balistes, poissons napoléons, perches, raies manta et requins gris, citron ou dormeur).

Tikehau, l'île au sable rose,
Tikehau ressemble à une immense piscine naturelle, dont le lagon renferme les eaux les plus poissonneuses de la planète, et abrite des poissons offrant un incroyable festival coloré aux visiteurs.
Sur ces « motu », et leurs plages de sable rose, le spectacle des myriades d’oiseaux mérite le détour.

Fakarava, entre ciel et mer,
Deuxième atoll de Polynésie française par sa superficie, il abrite d’innombrables
« motu » inexplorés.
Réputé pour sa passe nord large d’un kilomètre, cette île est protégée par l’UNESCO.

Ahe, cap des navigateurs,
Halte mythique pour les voiliers en provenance de l’archipel des Marquises pendant la saison des alizés, l’atoll est entouré de fermes perlières, posées sur le lagon. Du lagon dont elle est issue, la perle de Ahe puise des teintes et des reflets exceptionnels qui lui ont permis de se faire un nom parmi les îles perlières.

 

 

LE MYSTERIEUX, L'ARCHIPEL DES MARQUISES

Emergeant majestueusement de l’Océan Pacifique, l’archipel des Marquises est l’archipel le plus éloigné de Tahiti.
Ses sommets vertigineux, entourés d’une barrière de corail, recèlent des trésors archéologiques insoupçonnés.
La plongée sous-marine, d’une rare splendeur, réservée aux plongeurs les plus expérimentés se pratique en plein océan.

Sur les traces de Melville, Gauguin ou Brel, immergez-vous dans la culture marquisienne : la langue chantante, les chants et les danses du "haka" rythmés, l’art culinaire, les arts décoratifs tels que le tatouage, la sculpture, le tapa etc…

La beauté de ces îles n’a d’égal que le spectacle permanent d’une nature à l’aube du monde où les hommes sont parvenus à s’aménager une petite place.
Les pistes abritent de nombreux sites archéologiques, où veillent les plus grands
« tiki » de Polynésie.
Paumau, à Hiva Oa, est un site exceptionnel qui mérite le détour, mais d’autres sites sont également spectaculaires : les « tohua » (places de danses, chants et banquets des anciens), les impressionnantes plates formes appelées « paepae hiamoe », les sous bassements des anciennes habitations, les « marae » (anciens lieux de culte).

Surnommé, la « Terre des Hommes », cet archipel est composé de 12 îles hautes dont la moitié seulement est habitée.
La végétation exubérante qui recouvre d’un voile mystérieux ces terres, donne l’illusion indescriptible de renfermer des secrets impénétrables.
Un décalage horaire de 30 minutes s'impose entre ces îles placées à deux pas de l’équateur et Tahiti, située à quelques 1 500 kilomètres d'elles.

Nuku Hiva, Fatu Hiva, Hiva Oa
…berceau de la conquête polynésienne, terres sauvages aux aspects tourmentés, vertigineuses falaises aux prises directes avec l’océan, cet univers inattendu et surprenant ne peut vous laisser indifférent…Paul Gauguin et Jacques Brel l’avaient, il n’y a pas si longtemps, bien compris !

Nuku Hiva, l'île mystique,
Elle fût la première île des Marquises rencontrée sur la route du baleinier, Herman Melville... le regard s’accroche aux imposantes falaises qui glissent le long des flancs de l’île et qui plongent dans l’immensité océane !
Les légendes ont pris pour décor les cascades et les rivières qui sont marquées d’un parcours gardé par des « tiki » moussus, veillant encore, le regard figé, sur l’éternité. La troisième plus grande cascade au monde, nichée dans la baie d’Anaho, est l’une des plus belles des Marquises.
Bien connu des parapentistes, le spectacle des crêtes basaltiques et des canyons envahis d’arbres vous coupera le souffle.
La ville principale, Taiohae, toute proche des plages désertes et des cavernes sous-marines, est située au centre d’un cratère à demi effondré dans la mer.

Ua Huka, île de la culture et de la nature,
Réserve de « la grande maison des dieux », Ua Huka est l’une des plus petites îles de l’archipel des Marquises.
Surplombant l’océan, elle offre une nature encore préservée alternant pentes escarpées et plateaux désertiques, domaine des chèvres et des chevaux sauvages.
La réserve botanique, véritable paradis des plantes tropicales où pousse une impressionnante collection d’agrumes, en fait un jardin extaordinaire.
Les plus anciens sites archéologiques y sont perdus au milieu de l’abondance végétale.
Les pétroglyphes de Vaikivi gravés dans la pierre grise, ainsi que les trois superbes « tiki » qui gardent les nombreux « marae » du site Hane, vous invitent dans la culture marquisienne.
La sculpture sur bois ou sur pierre, la fabrication d’huile de monoï, et la tapisserie de « tapa » sont les fruits de l’art marquisien.

Fatu Hiva, l'île du tapa,
Située tout au sud de l’archipel est constituée de deux volcans aux reliefs tortueux.
Coupés du monde, à l’abri des falaises vertigineuses, la vie des habitants est marquée par le rythme du soleil et le pas des chevaux sauvages en liberté.
Cette île luxuriante accueille en son sein, l’une des plus belles baie au monde, la baie des Vierges, ainsi nommée car les deux grands pics qui la dominent, évoquent des silhouettes féminines.
L’île du tapa est le domaine des artisans. Centre d’art privilégié des Marquises, on y produit des étoffes confectionnées de fibres de certains arbres, dont les dessins sont inspirés de pétroglyphes et d’anciens tatouages marquisiens.

Hiva Oa, l'île Gauguin,
"Dans ces îles où la solitude est totale, j'ai trouvé une sorte de paix", écrivait Jacques Brel, qui passa les dernières années de sa vie à Atuona, sur Hiva Oa.
C'est dans la baie de Puamau que l'on a découvert le plus grand tiki de Polynésie, étrange statue aux pieds de laquelle des galets parlent le langage des temps ancestraux.
Le site de la vallée de Taaoa, comme celui de Hanaui, Hanapeteo ou Hanatekua, compte des milliers d'anciens lieux de cultes, les mea'e, surgis de nulle part parmi les blocs de lave.
L'île de Gauguin ("coquin" disaient les missionnaires), a conservé son caractère sauvage et le rythme tranquille des activités traditionnelles qui séduisirent le peintre, venu lui aussi terminer ses jours à Hiva Oa.
Marcher sur ses traces, c'est bien sûr visiter le musée comportant plusieurs copies de ses oeuvres et passer par la "Maison du Jouir", qui l'abrita pendant son séjour, mais c'est surtout goûter à l'hospitalité des marquisiens, qui vous saluent d'un "Kaoha nui" ("bonjour").

LE SAUVAGE, L'ARCHIPEL DES AUSTRALES

Situées à l’extrême Sud, ces ultimes terres habitées du Pacifique sud, sont d’anciens volcans, aux reliefs plus doux et aux sommets moins élevés que ceux des autres archipels, à l’exception de Rapa.

Tubuai, Raivavae, Rurutu… environnement et traditions préservés dû à leur relatif éloignement, ces îles s’ouvrent timidement au tourisme.
Composée de 5 îles hautes aux formes arrondies, ces îles bénéficient d’un climat tropical tempéré, plus frais, grâce auquel ces plaines fertiles sont devenues le grenier de la Polynésie. Elles produisent, entre autres, un excellent café que vous pourrez déguster sur place, ainsi que d’énormes pamplemousses et oranges sucrés, des citrons, des lychees...
vous découvrirez le royaume du tressage artisanal (chapeaux, nattes, paniers), que les mamas, en véritables artistes, préparent à base de toutes sortes de fibres végétales.

Rurutu, l'île aux baleines,
Elle s’est constituée en deux fois, au cours de deux événements volcaniques bien distincts. Entre ces deux épisodes, plus de 10 millions d'années se sont écoulés, au cours desquels l'île s'est entourée d'une superbe barrière de corail. Lors du deuxième incident volcanique, tout l'édifice, récif compris, s'est soulevé de quelques 150 mètres.
A ne rater sous aucun prétexte, le rendez-vous annuel des baleines à bosse, qui viennent de juillet à octobre, se reproduirent dans les eaux claires et fraîches qui entourent l'île.

Tubuaï, l'île de l'abondance,
Capitale administrative et économique des Australes, Tubuai, dont les paysages évoquent par leur beauté un eden tropical, est la plus grande île de l'archipel.
Les férus de culture prendront plaisir à visiter les marae (anciens lieux de culte) et la vallée du tatouage, riche de nombreux vestiges ayant servis à la pratique de cet art traditionnel.
Ils pourront également se rendre au Fort Georges, où Christian Fletcher et les révoltés de la Bounty tentèrent vainement de s'installer en 1789.

 

LE MECONNU, L'ARCHIPEL DES GAMBIER

Groupées autour de Mangareva, les îles Gambier sont un condensé de Polynésie, avec 5 îles hautes et 18 motu réunis dans un seul lagon, ce qui multiplie les plages de sable blanc et les criques secrètes.

En premier lieu plaque tournante du commerce de la nacre, c’est ici que la perliculture s’est développée, faisant de ces îles les spécialistes de la perle de culture, dont les précieuses récoltes sont extrêmement réputées et prisées pour leur beauté et leur perfection.

Aukena, Akamaru, Mangareva…entre édifices religieux et fermes perlières, de climat plus frais, il est jusqu’à aujourd’hui, uniquement fréquenté par ses habitants.

Devenu un lieu chargé d’histoire, de l’ancienne culture polynésienne et ses nombreux vestiges archéologiques, à l’ère chrétienne avec les différentes cathédrales et églises construites au 19ème siècle, Mangareva abrite la cathédrale Saint Michel, construite en blocs de corail, agrémentée d'un autel orné de perles et de plaques de nacre.