This page needs JavaScript activated to work. Gérard GARCIA & Ugo ANGELY • Voyage de Légende

Gérard GARCIA & Ugo ANGELY

jeudi, 18 Août 2016 14:01

De nuit comme de jour, dire que la pêche est omniprésente dans la vie et dans le quotidien du polynésien, relève de l’euphémisme !

Dès qu’il le peut, le pêcheur local acquiert son « poti marara », sorte de longue pirogue effilée motorisée, destinée à l’origine, à la pêche aux poissons volants (marara), et qui aujourd’hui, est de toutes les pêches en mer : à la traine, à la ligne de fond, à la canne, à la palangre verticale, à la palangrotte, au lancer et même au harpon. Les poissons de toutes sortes, dorades coryphène (mahi mahi), vivaneaux (paru), thons (aahi) jaunes (rearea), perroquets (paati), rougets (iihi), chinchards (ature) remplissent rapidement les glacières embarquées à bord, pour le plus grand bonheur de la famille et des amis qui n’auront que l’embarras du choix pour le déguster, cru au lait de coco, mariné à la chinoise, grillé au feu du jour ou le summum pour les plus aguerris, macéré dans l’eau de mer (fafaru).

Chaque week-end, nos potes Gérard (Garcia, Directeur Général de l’Hotel Kia Ora Resort & Spa à Rangiroa), et Ugo (Angely, pour qui le lagon de Rangiroa n’a aucun secret) sortent pour une partie de pêche. De vrais passionnés qui partent la journée entière et reviennent très souvent avec ce que l’on peut appeler une « pêche miraculeuse », tant leur prise est abondante.

Récit de Gérard : « La semaine dernière, je suis allé pêcher avec mon copain Ugo et Scott, un client fidèle qui est à l’hôtel pour plusieurs semaines. Nous sommes partis vers notre lieu de pêche habituel et avons trainé pour du thazard. Seulement 5 minutes après avoir mis les leurres à l’eau, un des moulinets s’est mis à partir. Nous avons ralenti le bateau et un deuxième moulinet a démarré. Ça c’était du gros ! Après presque 10 minutes, j’ai vu un énorme thazard qui s’approchait de l’arrière du bateau. Je m’y suis déplacé, mais le poisson ayant décidé de filer, est passé sous le bateau et clac, la ligne a cassé dans l’hélice. Nous avons continué à traîner et un des moulinets a sifflé. Et encore… Et encore. Et encore… En moins de deux heures, nous avions 10 thazards dans le bateau, les glacières étaient pleines et avions décidé d’arrêter. C’était mal connaitre la prodigiosité du lagon que le commandant Cousteau considérait comme « le plus poissonneux au monde ». Pour terminer cette journée en beauté, je voulais juste faire un peu de lancé au récif, tout en laissant les lignes dans l’eau… au cas où ! C’est à ce moment là que Scott a dit : « Tu vas voir, les quatre moulinets vont partir en même temps !» J’ai souri parce que ce n’était jamais arrivé auparavant. Eh bien, devinez ce qu’il s’est passé ? Cette fois, les quatre moulinets tournaient très vite et ne s’arrêtaient pas. Nous étions sur un banc de très gros thazards. Ugo a arrêté le bateau. Scott à ramené une ligne. Ugo m’a appelé pour saisir une autre ligne dont la bobine se vidait trop rapidement. Ugo a serré le frein mais comme il ne restait que quelques mètres de lignes, la bobine s’est complètement vidée et clac…le poisson est parti avec tout le fil ! J’ai pris une autre canne et ai ramené avec la 4ème ligne, un superbe thazard de 24 kg. Ont suivi quelques carangues bleues, deux Becs de Canne et deux « Loches Caméléon, » plus connues sous le nom de « paru » en tahitien, qui sont les meilleurs poissons de Polynésie française ».

Voyage de Légende est à votre écoute

Appelez-nous au : 01 53 71 19 91
Nous vous aiderons à confectionner le voyage de vos rêves.
Nous Contacter

Recevez votre dose de soleil avec des idées de voyages sur-mesure, actualités et offres spéciales.

Abonnez-vous à nos newsletters !

Votre inscription a bien été prise en compte.

Une erreur s'est produite, veuillez recommencez.