This page needs JavaScript activated to work. Histoire de l'Afrique du Sud • Voyage de Légende

Histoire de l'Afrique du Sud

L’Afrique du Sud possède une histoire à la fois dramatique et pleine d’espoir. Avec la mise en place de l’apartheid en 1948, il faudra attendre son abolition en 1991 pour que naisse une république jeune, libre, démocratique et multiraciale.

DÉCOUVERTE

A la fin du 15ème siècle, les Européens cherchent à ouvrir une route maritime vers les Indes afin d’obtenir le monopole du commerce des épices.
En 1487, le navigateur portugais Bartolomeu Dias franchit le cap de Bonne-Espérance. Il aperçoit les côtes le jour de Noël (elles seront baptisées Natal) et débarque à Mossel-Bay dans l’Océan Indien. Son arrivée marquera le début d’une longue histoire entre l’Europe et l’Afrique du Sud. En effet, la position stratégique mais incommode de la traversée du Cap de Bonne Espérance fût boudée par les français et les anglais, qui préférèrent s’installer sur l’Île de France (Île Maurice) ou Sainte Hélène.

En 1652, la compagnie hollandaise des Indes en quête d’escale sûre et sous la conduite de Jan van Riebeeck, débarque et fonde la première colonie du Cap. Le statut de citoyen libre est accordé aux premiers colons, appelés « burghers ». En échange d’une rétribution, ceux-ci doivent vendre à la Compagnie des Indes les denrées qu’ils produisent.
En 1685, des protestants du royaume de France fuyant les persécutions (appelés « huguenots ») débarquent au Cap suite à la révocation de l’Édit de Nantes. Ils ne sont que 200, mais représentent 15 % de la population blanche.
Par ailleurs, des affrontements ont lieu au 17ème siècle entre colons et tribus locales.

CONFLITS INTERNES ET EXTERNES

En 1806, les Anglais débarquent au Cap pour éviter que les Français n’en prennent possession après le sacre impérial de Napoléon. Le traité de Vienne en 1815 fait officiellement passé la colonie sous tutelle britannique et accueille 5000 immigrants anglais.
Les « burghers » rebaptisés Boers, décident d’échapper aux Britanniques après l’abolition de l’esclavage par la Grande-Bretagne en 1833. Les esclaves étant affranchis, les colons s’exilent vers le nord et l’est 2 ans plus tard. Cette période est appelée le « Grand Trek ».

Au milieu du 19ème siècle, les Anglais mènent plusieurs guerres contre un peuple sud-africain, les Xhosas, et créent la « cafrerie » (aujourd’hui le Cap oriental), qui sera intégrée à l’administration du Cap en 1866.

En 1883, Paul Kruger devient le premier président de la République sud-africaine (ou Transvaal).

L’Afrique du Sud est alors faiblement peuplée. Elle dispose de richesses limitées et exporte surtout de l’ivoire, de la laine et des peaux. La découverte de gisements de diamant et d’or provoque des guerres anglo-zouloues et anglo-boers.
La guerre anglo-zouloue annonça le début du déclin du Royaume zoulou qui sera annexé définitivement en 1897.
Les guerres sanglantes anglo-boers marqueront durablement les consciences politiques sud-africaines. Ainsi, aux termes du traité de Vereeniging (31 mai 1902), les citoyens des républiques boers sont devenus des sujets britanniques. L’âme de la résistance, le président du Transvaal Paul Kruger, meurt en exil en 1900.

Le 31 mai 1910, l’Union de l’Afrique du Sud est instaurée et rassemble toutes les anciennes colonies britanniques et les anciens États boers. Elle intégrera le Commonwealth en 1931.

Par la même occasion, l’ANC (African National Congress) est créé en 1912 et dirigé par Nelson Mandela, qui sera le fer de lance du combat pour l’égalité.

En tant que dominion de l’Empire, l’Union de l’Afrique du Sud participera aux deux guerres mondiales de 1917 à 1934 aux côtés des Alliés. Les soldats prennent le contrôle du sud-ouest allemand (future Namibie) avec l’accord des alliés en 1920.

POLITIQUE D’APARTHEID

Si les Anglais et les Afrikaners se confondent sur bien des sujets, ils s’accordent en revanche sur le principe de domination de la « race blanche », minoritaire sur les autres groupes de population.

En 1948, la politique d’apartheid est aboutie par le Parti national.

Le pays devient alors divisé en plusieurs groupes : les Blancs qui descendent principalement des immigrants européens, les Noirs ou les Bantous qui représentent alors la majeure partie de la population sud-africaine (67%), les Métis ou les Coloured et les Asiatiques, principalement des Indiens.

Le 31 mai 1961, la République de l’Afrique du Sud proclame son indépendance.

Deux ans plus tard, Nelson Mandela est condamné à perpétuité pour terrorisme et les autres chefs de l’ANC sont emprisonnés ou exilés.

Les années 60 et 70 sont rythmées par de nombreuses révoltes et émeutes. Le massacre de Sharpeville le 21 mars 1960 représente l’une des répressions policières les plus sanglantes.

UNE NATION LIBRE

En 1990, le nouveau président sud-africain, Frederik de Klerk, légalise l’ANC, le parti communiste sud-africain et tous les mouvements noirs. Les dernières lois d’apartheid sont abolies courant 1991.
Après 27 ans d’emprisonnement, Nelson Mandela est finalement libéré et prône le pardon et la réconciliation de tout un peuple.
Les deux hommes reçoivent en 1993 le prix Nobel de la Paix et l’année suivante, ont lieu les premières élections démocratiques du pays.

Nelson Mandela devient alors le premier président noir de l’Afrique du Sud le 10 mai 1994.

Voyage de Légende est à votre écoute

Appelez-nous au : 01 53 71 19 91
Nous vous aiderons à confectionner le voyage de vos rêves.
Nous Contacter